BLOG VOM auteur et écrivain-biographe pour particuliers

livre-manuscrit

Posté par vocandide33 à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Des écrivains pour rédiger la biographie de Monsieur Tout-le-Monde

Moyennant 2000 à 3000 euros, tout un chacun peut entrer dans la postérité en faisant rédiger l'histoire de sa vie par un biographe privé. Un bon moyen de laisser une trace de son passage sur Terre et de transmettre la mémoire familiale.
Attendre d'être riche, et célèbre, pour avoir «sa» biographie? N‘est-il pas légitime, sans être Napoléon, Einstein ou Bill Gates, de vouloir laisser une trace écrite de son passage sur Terre? Moyennant 2 000 à 3 000 euros, M. Tout-le-Monde peut aujourd'hui entrer dans la postérité. Comment? En faisant rédiger l'histoire de sa vie par un biographe privé - ils sont un millier en France - qui propose son concours à tout un chacun. Il en résulte un livre - la biographie de M. Tout-le-Monde - tiré à quelques exemplaires pour famille et amis. Sans surprise, la clientèle est composée de personnes âgées à qui leurs descendants offrent ce cadeau original perçu comme un moyen de transmettre la mémoire familiale.

«Savoir écouter»

«La qualité première dans ce métier, ce n'est pas de savoir écrire mais de savoir écouter», explique l'ancien journaliste Guillaume Moingeon, pionnier de ce métier avec 400 biographies à son actif. Une activité rentable puisque dix à vingt heures d'entretien avec le «client narrateur», et autant pour la rédiger, suffisent pour accoucher d'une biographie. Et surtout moins chère que de s'allonger pendant cinq ans sur un divan. «Nous ne sommes pas des thérapeutes!», prévient toutefois Delphine Guillou, membre du Groupement des écrivains conseils, même si la confrontation avec le passé de certains clients peut poser problème. Voyant que le métier attirait trop d'aigrefins, Guillaume Moingeon a d'ailleurs mis sur pied en 2000 le réseau «Nègres pour inconnus» qui regroupe une soixantaine de biographes sérieux, attachés comme lui au respect de certaines règles déontologiques et… tarifaires.
Source : http://www.lefigaro.fr/medias/2013/09/27/20004-20130927ARTFIG00526-des-ecrivains-pour-rediger-la-biographie-de-monsieur-tout-le-monde.php
https://www.actualitte.com/article/monde-edition/vendre-des-livres-numeriques-le-marketing-a-l-epreuve-des-balles/53738

Posté par vocandide33 à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 décembre 2018

 

Je suis vulgaire comme un gilet jaune

Les Gilets jaunes c'est la France laborieuse, la France de ceux qui fument des clopes et roulent au diesel, des ouvriers et des petits patrons. La France des troquets, du tiercé et des plats du dimanche. La France ni de droite ni de gauche -ou d'un peu des deux.

https://www.lyoncapitale.fr

 

Posté par vocandide33 à 13:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Mes livres

love-livre

  $_hibou-ecrit

 CLIQUEZ

 

 

 

Posté par vocandide33 à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

- 1- Comment suis-je devenu auteur ?

love-livre
 
- 1- Comment suis-je devenu auteur ?
Adolescent, je rêvais de devenir écrivain et au cours de cette période j'écrivis une pièce de théâtre et un roman. Marié très jeune, je dus abandonner cette passion pour me consacrer à un travail pouvant faire vivre décemment ma famille.
J'ai fait un métier enrichissant et merveilleux puisque je me lançais dans l'informatique à ses débuts à partir de l'année 1970. 
Je travaillais pour plusieurs sociétés avant de me mettre à mon compte. La micro arriva et je négociais pas trop mal ce virage périlleux. Cependant, je commençais en avoir marre de l'informatique. Vers l'année 2003, mon rêve de jeunesse refit surface et je me remis à écrire. En 2005, à 60 ans pile, je pris ma retraite.
À ce jour ( avril 2014), j'ai écrit 19 livres. Deux romans, deux scénarios, deux biographies, le reste, ce sont des essais/témoignages. (voir la page « Mes livres édités »)Aujourd'hui, entre beaucoup d'autres choses, je prie Dieu pour qu'il me permette d'écrire jusqu'à ce que je parte « les deux pieds devant » !
2- Comment suis-je devenu biographe ? .

Première expérience décisive

Née en 1922, ma mère a 92 ans. Elle était très fatiguée physiquement et aussi moralement. Souvent, elle se plaignait :
- J'en ai marre! Je ne sers qu'à embêter. Je préférerais partir. 
Je me souvins qu'un jour elle m'avait dit :
- Si je savais, j'écrirais le livre de vie sur ton père et moi. 
Alors, dès que l'occasion se présenta, je lui dis :
- Maman, on va l'écrire ton livre !
Je lui expliquais que tout ce qu'elle aurait à faire ce serait de raconter et répondre à mes questions et que j'enregistrerais tout ce qu'elle dirait.  Elle en fut folle de joie. Écrire lui pose problème ; mais pour parler, ça elle sait !  Je vis la joie dans ses yeux et je ressentis tant d'émotion en elle. Elle reçut un renouvellement d'énergie et d'intérêt pour la vie. Elle se sentait de nouveau utile. Elle avait un but.  Elle me répondit :

- On commence quand ? ...

Deuxième expérience décisive
Quand j'étais jeune, j'ai pratiqué la boxe pendant 6 à 7 ans. Ce fut pour moi ma deuxième passion. Mon entraîneur était comme un second père.  Pendant trente ans, comme il arrive souvent à cause de la vie menée à 100 à l'heure, je le perdis de vue. Deux ou trois fois, j’ai cherché à le retrouver. En vain. 
Jusqu'au jour où j’ai décidé coûte que coûte  d’aboutir dans mes recherches et j’ai réussi. Je l’ai appelé.  Nous avons pris rendez-vous le 19 avril 2014
Monsieur Lacasa : mon entraîneur à ses débuts
Nos retrouvailles furent merveilleuses. Ce fut comme si on s’était quitté la veille. Il est âgé de 83 ans. Cependant, il garde une mémoire extraordinaire. Il me rappela des souvenirs que j’avais complètement oubliés. Au cours de notre entretien, je lui dis :
— Mais vous devriez faire un livre !
Il me répondit :
— Figure-toi qu’un journaliste voulait écrire sur moi. Il est venu un jour. Nous avons parlé. Il m’a  demandé de réunir le maximum de photos, de documents. Il devait revenir 15 jours après et il n’est pas venu. Il m’a rappelé un mois après pour fixer un autre rendez-vous. Je lui ai répondu qu’il n’était pas sérieux et que je n’avais pas de temps à perdre.
Ce soir là, avant de m’endormir, je me remémorais ce formidable moment passé avec mon cher entraîneur. Une citation africaine que j’aime beaucoup fusa dans mon esprit :
 « Quand un ancêtre meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. » 
Cet homme a consacré sa vie à la boxe. Il a formé des boxeurs qui furent champions de France ; des internationaux qui allèrent aux Jeux olympiques ; l'un d'eux atteignit la finale du Championnat du monde amateur et un autre fut vice champion d'Europe ! 
Par deux fois il remporta la Coupe Paul Rousseau qui récompense le meilleur club de France et le Prix Fernand Cluny pour le meilleur entraîneur. C’est une véritable encyclopédie et un monument de la boxe. Il enseignait le Noble Art comme une merveilleuse école de la vie avec les beaux principes qui doivent en découler : discipline, travail, courage, persévérance, endurance, politesse, respect, droiture, camaraderie, humilité, etc.  
Il faisait de "sa salle" un lieu de partage, d'unité, d'égalité et d'amitié où toute notion de race, de religion, de statut social ou quoi que ce soit était banni. Anciens ou nouveaux, dans la mesure où nous acceptions "ses règles", nous étions égaux ; rien d'autres que "ses boxeurs". Un peu (même beaucoup) comme ses enfants. En tout cas, nous étions nombreux à le considérer comme un deuxième père tellement nous le sentions proche de nous que ce soit à la "salle" ou en dehors. En toutes circonstances,  on allait le voir, car nous savions qu'on pouvait compter sur lui.
Au cours de plus de soixante ans de service ( je dirais de sacerdoce) il  changea la vie de centaines de ses boxeurs en faisant d'eux non seulement des "combattants du ring" ;  mais bien plus encore : "des combattants dans la vie".  Tous aujourd'hui lui sont reconnaissants et témoignent avec émotion de la merveilleuse influence qu'il exerça sur eux qui changea leur vie positivement.
Cette nuit-là, je me disais :
- Le jour qu’il va partir : quelle perte pour la boxe et tous ceux qui l’ont connu ! Pour ses enfants, ses petits enfants qui ne connaîtront pas sa vie tellement riche et passionnante ! S’il ne se passe rien, il sera une bibliothèque qui brûle pour la boxe, pour les siens et égoïstement pour moi,  car j'ai toujours à savoir et à apprendre de lui !
Et alors, c’est devenu comme une évidence.
Je me suis dit :
— Qui, mieux que toi, peut écrire son histoire. Ta passion c’est d'écrire. Tu aimes cet homme. Tu aimes apprendre, écouter, partager. Tu es capable d’empathie ; Tu sais être comme une éponge pour t'imprégner des gens et les ressentir …
Alors, ma décision fut prise de lui proposer de coucher ensemble son histoire sur un livre...
.

EN CONCLUSION

Lorsque j'ai réalisé qu'un biographe peut apporter le genre de joie éprouvée par ma mère et mon entraîneur, alors j'ai décidé, à 70 ans, de me lancer  dans ce métier passionnant et vivre une nouvelle aventure ... Une nouvelle passion !

Posté par vocandide33 à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 novembre 2018

Réussir la retranscription d'un entretien pour un mémoire ou une thèse

 

Réussir la retranscription d'un entretien pour un mémoire ou une thèse

Pour beaucoup d'étudiants, doctorants, chercheurs, la rédaction d'une thèse ou d'un mémoire passera forcément par la retranscription d'entretiens. Cet article vise à vous révéler les astuces ultimes pour réussir la retranscription d'un entretien pour un mémoire ou une thèse. C'est le B.A.-BA de la retranscription.

https://www.ubiqus.io

 

Posté par vocandide33 à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2018

Quand le ministre de l’Éducation nationale fait deux grosses fautes de conjugaison en direct

Quand le ministre de l’Éducation nationale fait deux grosses fautes de conjugaison en direct

Invité dans l'émission Au Tableau ! sur C8, Jean-Michel Blanquer s’est vu proposer une petite dictée surprise par les écoliers.
Invité dans l'émission Au Tableau ! sur C8, Jean-Michel Blanquer s’est vu proposer une petite dictée surprise par les écoliers. | CAPTURE D'ECRAN C8

Invité samedi dernier dans l’émission Au Tableau ! sur C8, Jean-Michel Blanquer s’est vu proposer une petite dictée surprise par les écoliers. Et il a fait deux belles fautes sur le passé simple du verbe « courir ».

Le ministre termine d’écrire sa dictée sur le tableau noir. Et de nombreuses mains d’écoliers se lèvent. « Vous avez fait deux fautes », remarque l’une des élèves. En effet. Soumis à une petite dictée surprise lors de l’émission Au tableau ! diffusée ce samedi soir sur C8, Jean-Michel Blanquer s’est trompé en conjuguant le verbe « courir » au passé simple.

« Je couru » et « il/elle courra », ça fait en effet deux belles erreurs, que n’ont pas manqué de relever les écoliers, se faisant un malin plaisir de le corriger : « je courus », « il/elle courut ». Le ministre se tourne vers le tableau : « Oui, évidemment, bravo. »

On se souvient du ministre de l’Éducation, Xavier Darcos, incapable d’expliquer une règle de trois, du ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire ne sachant pas ce que représente un hectare en mètres carrés, voici un ministre de l’Éducation qui va devoir rouvrir un Bescherelle, lui qui a voulu renforcer la dictée dans les écoles élémentaires en la rendant quotidienne depuis la rentrée 2018.

Posté par vocandide33 à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 novembre 2018

Résurrection de Léon Tolstoï -

 

Résurrection de Léon Tolstoï - Le Saker Francophone

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent.

http://lesakerfrancophone.fr

 

Posté par vocandide33 à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2018

Site de Philippe Remacle

 

 

Posté par vocandide33 à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2018

CONFERENCE SUR LE LINCEUL DE TURIN DE VICTOR OJEDA-MARI

Posté par vocandide33 à 06:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :