Mon père républicain espagnol, assimilait Dieu à l'Eglise qui avait pris le parti du franquisme. Ma mère tout en se disant athée croyait en une « force », qui l’aidait dans les moments difficiles.
Ainsi, jusqu’à l’âge environ de vingt-deux ans, j’étais athée par tradition familiale et au fil des ans par conviction personnelle. Être athée pour moi, signifiait ne pas croire au Dieu :
_ des curés qui en Espagne prirent pour la plupart le parti du franquisme contre le peuple.
_ qui produisit l'inquisition.
_ du clergé qui tint pendant des siècles les peuples, sous un joug de fer, dans une totale ignorance et l'esclavage le plus servile.
_ de certains curés qui disent faites ce que je vous dis, mais ne faites pas ce que je fais.
Cependant cela ne m’empêchait pas de reconnaître, que l'église produisit de véritables saints et saintes : comme Saint François d'Assise, Saint Vincent de Paul, mère Térésa, sœur Emmanuelle, l’abbé Pierre et bien d'autres encore, plus anonyme et aussi méritants.
Mais surtout, je ne pouvais pas croire à ce Dieu qui, s'il était vraiment Dieu, ne permettrait pas toutes ces souffrances, ces injustices dans le monde. Non, je ne pouvais pas croire à ce Dieu, et à la religion qui le représentait, et qui, selon la formule consacrée, est l'opium du peuple.
De plus, je pensais qu’un athée est plus méritant qu’un croyant. Le croyant, a besoin pour surmonter les difficultés de la vie d’une béquille imaginaire appelée Dieu ; l’incroyant ne doit compter que sur lui-même. Ainsi, je considérais tout croyant quelque part comme un infirme.
J’ai connu ma femme. Un jour nous parlâmes de Dieu et je me moquais d’elle lorsqu'elle m’avoua qu’elle y croyait. Nous nous sommes mariés et nous avons eu une petite fille. J’ai alors pris conscience de mes nouvelles responsabilités. J’étais animé d'un immense désir d'apporter le meilleur de la vie, à ma femme et à ma fille ; c’est-à-dire : une belle situation avec beaucoup d’argent. Mais tout cela, je le voulais tout de suite, car à l'époque, j’étais très impatient.
Depuis, j’ai appris tout au long de ma vie que les choses bonnes et précieuses s'obtiennent avec beaucoup de sacrifices, de patience et de persévérance. Je me demandais, comment réussir rapidement ? Me remettre sérieusement aux études ? Ce serait trop long et je n'en avais ni le désir ni le courage.
Un jour dans une revue, je lus, une annonce qui disait à peu près ceci : « Développez par l’auto-hypnose, les pouvoirs latents qui sommeillent en vous. » Je le commandais, le reçu et le dévorais en quelques jours. Il décrivait l’auto-hypnose comme technique permettant de tout mémoriser définitivement.
Voilà, j’avais trouvé la solution ! J’allais me remettre aux études et travailler mes cours sous auto-hypnose. À moi les diplômes, la belle situation ! C'était aussi simple que cela ! Encore fallait-il y penser !
Je remarquai dans mes lectures, qu’il était souvent question du subconscient, partie de l'être qui renferme de grands pouvoirs latents et du supra-conscient, qui est une parcelle de Dieu dans l’homme et qui offre encore plus de possibilités. Le terme supra-conscient sonnait bien à mes oreilles, mais le nom de Dieu hérissait profondément mon athéisme pur et dur.
Alors, je décidais de me consacrer uniquement au subconscient. Dieu ou tout ce qui pouvait lui faire allusion, je voulais tout simplement l’ignorer.
J’expérimentais cette technique d'étude. Je passais des heures à fixer la flamme d'une bougie. Lorsque je pensais être en condition, je lisais et relisais les leçons. Je constatais que mes cours n’étaient pas retenus d'une manière complète, encore moins définitive. Je reconnaissais que j’avais passé beaucoup de temps à me mettre en état d'hypnose et que ce temps utilisé à étudier classiquement aurait produit de meilleurs résultats. Mais je ne voulais pas l'admettre car je voulais à tout prix y croire. C'était une question de technique et la mienne n'était pas encore au point : il fallait persévérer, me disais-je.
Au cours de cette époque, je passais tantôt par des périodes d’euphorie pendant lesquelles il me semblait que le monde m’appartiendrait, et que tout me serait possible ; Tantôt par des périodes de doute et de découragement, qui faisaient que je me sentais moins que rien.
La grand-mère de ma femme, « Kika » habitait juste à côté de chez nous. C’était une femme formidable, tellement gentille et douce. Seule une barrière en bois, avec un petit jardin séparait nos maisons. De cette barrière, elle nous appelait pour nous inviter à prendre le café. Elle le faisait souvent, pour se sentir moins seule et converser.
Ce jour-là, j’avais le moral au plus bas. Comme d’habitude, grand-mère servit le café tout fumant, ouvrit la boîte en fer blanc remplie de gâteaux sur lesquels étaient inscrites des maximes. Je plongeais la main, retirais un biscuit. Machinalement, je lus l'inscription :
« Sois patient tout arrive ».
 À la lecture de ces mots, je reçus une paix et une joie que les mots ne peuvent décrire. Je ressentais au fond du cœur comme une promesse : si j’étais patient et persévérant, je recevrais ce que j’attends.
Je compris que je devais apprendre dans cette vie la patience et la persévérance. Que vouloir tout et tout de suite n'était pas la bonne méthode et que chaque chose a son prix et ce prix, il faut le payer.
Quelque temps après, je me posais beaucoup de questions : Pourquoi la vie ? Quel est notre but sur cette Terre ? Quand on meurt, tout est fini ? Je fus surpris de me poser cette dernière question.
Quelque temps auparavant, ma réponse aurait été :
_ Mais bien sûr qu'après la mort tout est fini, notre corps devient poussière et sera réutilisé pour créer d'autres êtres ou formes de vies.
Alors, je me dis :
_ J'aime ma femme, ma fille, mes parents. Lorsque nous mourrons, tous ces liens qui sont dit-on, plus forts que la mort, disparaîtraient-ils comme s'ils n'avaient jamais existé ?
C'était la première fois qu'une telle éventualité me paraissait inconcevable et me révoltait. Notre but sur terre serait-il simplement de se perpétuer pour assurer la survie de notre espèce ? Je me rappelais ma tante d’Espagne ; Eugénia, qui était très croyante et qui tout petit, me parlait du Bon Dieu, du paradis que je mériterais si j’étais gentil et de l'enfer où j’irai si j’étais méchant. Mais je ne croyais ni au Bon Dieu, ni à l'enfer, ni au paradis.
D’où venons-nous ? Mon père m'a donné la vie, mais cette vie il la détient de son père qui lui-même l'a reçue de son père et ainsi de suite jusqu'à la nuit des temps. Mais qui est le premier à avoir eu la vie en lui-même et l’a transmise comme un flambeau de génération en génération ?
Comment le temps, le hasard, la matière sans intelligence ont pu donner forme à toute cette diversité, ces êtres vivants doués d’intelligence ? Oui, comment l’inintelligence peut-elle créer l’intelligence ? Quel est notre but sur cette terre ? Si on doit mourir, s’il n’y a rien après, alors à quoi bon aimer, lutter, faire de son mieux pour être en accord avec sa conscience.
Pourquoi toute cette morale ? Si demain nous devons mourir, alors mangeons, buvons, faisons ce qui nous plaît. Pourquoi malgré nous, nous aspirons à nous élever ?
Pourquoi lorsque nous agissons mal, nous sommes mal dans notre peau ? Ce n'est pas notre culture judéo-chrétienne avec tous ses interdits, car je n'y crois pas. C'est quelque chose qui fait partie de nous, c'est notre conscience tout simplement.
Mais notre conscience, c'est quoi ? Ce qui nous permet de distinguer le bien du mal ? À l'école il y avait des cours de morale, mais on savait naturellement quand on faisait le bien ou le mal.
Je connus en moi un grand désarroi et en même temps, un besoin impérieux de connaître les réponses à ces trois questions. Mais les réponses à ces questions existent-elles ? Je ressentais qu’elles étaient les plus importantes de la vie.
J’abandonnais l'étude par auto-hypnose, tellement les résultats étaient nuls. Par contre, j’étais attiré par tout ce genre de littérature et même le terme supra-conscient assimilé à Dieu ne me hérissait plus.
Pour arrondir les fins de mois, deux ou trois soirs par semaines, après mon travail d’aide-chimiste à la Faculté de médecine et de pharmacie, je vendais au porte-à-porte, un livre de cuisine.
Un soir, je frappais chez une famille de race noire. Dès les premiers instants, je ressentis une grande affinité avec le chef du foyer et perçus les mêmes sentiments de sympathie de son côté. Je fis la présentation du livre, la femme le trouva très intéressant et me demanda la permission de nous quitter pour le montrer à sa voisine.
L'homme et moi restâmes seuls. Il me regarda droit dans les yeux et me dit :
_ Croyez-vous en Dieu ?
Je fus surpris de cette question à laquelle je ne m’y attendais pas. Fièrement, je répondis :
_ Non, pas du tout ! Je suis athée !
Soudainement, un silence pesant s’installa entre nous. J’étais sûr, que cet homme avait mille choses à me dire et il restait là, muet, le visage fermé, avec un air désolé qui me désolait encore davantage. Le courant ne passait plus entre nous. À cette idée, je fus pris de panique. Il fallait à tout prix rétablir le contact sinon je risquais de perdre quelque chose de vital.
Alors, je m'entendis dire :
_ Je ne crois pas en Dieu, mais je crois qu'il y a en chacun de nous un petit dieu qui sommeille.
Voilà c'était dit et je n'en revenais pas. J'avais dis; moi, cette chose incroyable! Son visage s’ouvrit à nouveau, plus amical que jamais. J’étais heureux et soulagé. Il me parla de Dieu, avec une foi et des accents qui firent vibrer en moi des sentiments inconnus enfouis au plus profond de moi-même. Il me parla de Bouddha et je découvris ce grand personnage, de Jésus et Jésus ne fut plus pour moi une histoire de curés. Je passais un moment extraordinaire. Avant de partir, il me confia un livre sur la vie des maîtres d’Orient. Je le dévorai et prenais beaucoup de notes, recopiant même des chapitres complets.
Quelque temps après, le livre en main, je frappais pour la seconde fois à leur porte. À ma surprise, quelqu’un d’autre m’ouvrit et j’appris qu’ils avaient déménagé. Devant la porte entre-ouverte et cette personne inconnue, j’eus le sentiment étrange au fond de mon âme, que la famille qui vécut là, fut pour moi, comme un ange qui passe, vous laisse un message, disparaît soudainement en laissant derrière lui, une impression à la fois de rêve et de réalité. Mais le livre que je tenais dans les mains, était une preuve que je n’avais pas rêvé !
Je continuais ma quête de la Vérité, recherchant la réponse aux trois questions-clés de la vie. Cela dura sept ans. J’étudiais tout ce qui traitait des grands-maîtres spirituels de l’Inde, de Bouddha, de Pythagore, de Platon, de Jésus, …
Je remarquais que dans chaque religion, Jésus était considéré comme le Maître des maîtres ; alors je me promis d’étudier la Bible, dès que je serais spirituellement prêt.
Vers cette époque, je découvris la doctrine de la réincarnation. Je croyais avoir atteint le but. Cette doctrine au début, pouvait tout expliquer logiquement. Je compris que l’homme est responsable individuellement, collectivement de son bonheur ou de son malheur. Car si Dieu est amour, Il est en même temps justice et comme il est équitable il ne peut favoriser l’un ou l’autre. Je compris que chacun à notre niveau nous sommes responsables de l’état actuel du monde qui n’est que le reflet de nos actes collectifs vie après vie, génération après génération. Ainsi la loi du Karma agit au niveau de l’individu, des nations et de la terre entière. C’était merveilleux, à partir de la réincarnation, je pouvais tout expliquer, tout comprendre :
_ Pourquoi tel homme à trois ans jouait de grandes oeuvres au piano ? Parce que dans sa vie précédente il avait développé ce talent et dans cette vie, il en recueillait le fruit.
_ Pourquoi cet homme est homosexuel ? Parce que dans sa vie précédente il fut une femme et qu’il en gardait aujourd’hui inconsciemment la nostalgie.
Ainsi chaque malheur, souffrance, douleur, bonheur peut s’expliquer car tout ce qui nous arrive est une rétribution de nos vies passées. Naître dans tel pays, être riche, pauvre, heureux, malheureux, malade, en bonne santé…
Tout a une explication car il y a toujours une relation de cause à effet. Telle est la loi du Karma. Cette loi de justice trouve son accomplissement et sa justification dans la réincarnation. Comme les maîtres l’ont enseigné, nous récoltons dans cette vie, ce que nous avons semé dans nos vies précédentes.
J’avais compris que dans cette vie nous devons semer le meilleur de nous-même par la méditation, la recherche de la connaissance, la compassion. Alors nous aurons à notre mort une meilleure renaissance, en espérant que ce soit la dernière, celle qui nous permettra d’être absorbé dans l'Un ou Dieu.
Un jour, je me promenais, sur les quais de Bordeaux. Je remarquais, Place de la Bourse, une grande tente. Curieux, j’entrais. Au centre, je reconnus le portrait du Christ. Deux jeunes hommes d’une vingtaine d’années, sympathiques, souriants, impeccables en costume et cravate m’accueillirent.
Je fus touché par le regard lumineux, à la fois doux et amical de l’un. Ils étaient missionnaires d’une Eglise chrétienne portant un curieux nom à rallonge : Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours. Ils m’expliquèrent que leur Eglise était plus connue sous le nom d’Eglise mormone. Je n’en fus pas plus avancé. Ils me racontèrent la vie d’un prophète du nom de Joseph Smith. J’écoutais poliment. Quand ils eurent terminé, je leur demandais ce qui avant tout m’intéressait :
_ Votre Eglise croit-elle en la réincarnation ?
Leur réponse fut un non catégorique. Alors, je leur dis que cela ne m’intéressait pas.
Je continuais à étudier une abondante littérature qui d’après moi, me préparait spirituellement à étudier la Bible. Vint le jour où je me considérais fin prêt. J’allais à la « Maison de la Bible », au cours Alsace et Lorraine à Bordeaux. Une gentille petite dame âgée s’occupa de moi. Au cours de notre conversation, je lui fis part de ma préparation. Elle me regarda longuement, avec beaucoup de douceur et me dit :
_ Vous vous trompez, la Bible doit être lue comme un petit enfant.
En l’écoutant, je pensais en moi-même :
_ Ma petite dame, excuse-moi, tu es bien gentille, mais tu es à côté de la plaque.
J’apprendrai quelques années plus tard combien elle avait raison et combien j’avais tort.
Je commençais l’étude de la Bible. Je ne comprenais rien à l’Ancien Testament et bien vite je passais au Nouveau Testament.
Je découvrais :
_ Un Jésus, encore plus grand que toutes mes études antérieures me l’avaient fait connaître.
_La résurrection .
_Pas de réincarnation.
Ce fut un déchirement, car je savais qu’il ne pouvait y avoir les deux à la fois, c’était l’une ou l’autre, car tous les hommes doivent être pesés avec la même balance. Mon cœur penchait tantôt pour la résurrection, tantôt pour la réincarnation. Je trouvais la réincarnation plus juste, plus logique et en même temps, j’étais de plus en plus attiré par la personne du Christ qui disait être la Vérité, la Vie, le Chemin et la Résurrection. Il donnait des enseignements, simples directs, condensés. Une phrase de Lui équivalait à de longues pages de commentaires des maîtres que j’avais étudiés jusqu’ici.
Nous déménageâmes de Sarcignan à Cenon : à la résidence Palmer. Nous avions comme voisin de pallier, la famille Bennasar.Nous liâmes amitié avec d’autres voisins : les Vilatte. Ces derniers avaient des amis rosicruciens, qu’ils nous présentèrent. Je décidais de suivre leur enseignement. Très vite j’abandonnais. Je partage ce qu’écrit, Michel Malherbe, dans son livre « Les religions de l’humanité » :
« En fait, la mystique paraît bien éloignée des préoccupations de ces personnages (les dirigeants supérieurs de l’Ordre), à moins qu’il ne s’agisse d’une entreprise de déification de l’homme. Comment expliquer autrement l’autel que le disciple est prié d’installer chez lui et dont la pièce essentielle est un miroir entouré de baguettes d’encens ? Chacun se voit ainsi dans le miroir comme la divinité de son propre culte. Un cahier personnel où chacun relate les progrès de sa méditation complète la panoplie narcissique du disciple.
Chaque jeudi, une soirée d’étude tient lieu de grande messe. On y emploie des formules rituelles qui sont comme le négatif de celles de l’Eglise catholique.
(par exemple : « qu’il en soit ainsi », au lieu « ainsi soit-il »). L’exaltation de la puissance de l’homme situe les rosicruciens à l’opposé des croyants qui voient au contraire leur réussite et leur épanouissement à travers la reconnaissance de la toute-puissance de Dieu. Du point de vue théologique, on pourrait soutenir que l’Ordre de la Rose-Croix se comporte comme une anti-religion que certains n’hésitent pas à considérer comme d’essence satanique. »
De nouveau, je ne savais plus à quel saint me vouer. Finalement, je décidais de me débarrasser de tous les livres traitant de religion, sauf de la Bible, que je lirai entièrement une fois par an.
C’est là qu’intervient la famille Bennasar. Nous avions à l’époque de simples relations de bon voisinage. Un jour, Paul et moi, discutions sur le pallier. Je l’invitais à entrer pour être plus à l’aise. Il vit la Bible sur la table et je remarquais un petit éclair passer dans ses yeux. Il me dit, très intéressé :
_ Vous lisez, la Bible ?
Je lui répondis :
_ Oui, et je me suis promis de la lire une fois par an.
Ses yeux brillaient encore plus :
_ Nous aussi, dans notre famille, étudions la Bible, nous pourrions en parler ensemble.
J’appris que cette famille était mormone. Aussitôt, je revis, dans mon esprit, mon missionnaire, rencontré quelques années plutôt et son regard de lumière.
Suite à cette discussion, deux à trois fois par semaine, le matin à 6 heures 30, nous faisions du footing au parc Palmer. Nous parlions beaucoup de religion. À la fin d’un entraînement, Paul me proposa de rencontrer les missionnaires et j’acceptais.
Ils vinrent un soir vers 19h 30, quand je leur ouvris la porte, je me trouvais devant Elder Gyunn et Elder Ysaat (Elder signifie Ancien). Dans le regard d’Elder Ysaat, je revis exactement celui de mon missionnaire rencontré quelques années auparavant et cela me frappa. Nous eûmes une première discussion, sur la première vision du prophète Joseph Smith. La discussion dura très longtemps et déborda largement sur d’autres sujets. Nous nous séparâmes en prenant un nouveau rendez-vous. Avant de partir, ils me laissèrent le livre de Mormon, me demandèrent de le lire et de prier à son sujet.
Le lendemain, je pris le livre et m’installai confortablement dans mon fauteuil habituel. À peine, avais-je lu quelques pages, soudain je me levais et m’entendis crier :
Ce livre est vrai, il vient de Dieu !!!
Puis, je retombais sans forces sur le fauteuil ; sentis en moi comme une chaleur, un bien-être qui me parcourait de la tête aux pieds et je me mis à pleurer de joie et de reconnaissance comme un enfant.
Ce bonheur aucun mot ne peut l’exprimer. Ce sentiment, je l’avais ressenti dans une moindre mesure, le jour où « Kika », la grand-mère de ma femme, m’avait tendu, sa boîte à gâteaux en fer blanc de laquelle, j’en avais retiré un, avec la maxime
 « Sois patient tout arrive ».
 Je compris que j’allais avoir enfin la vraie réponse à mes trois questions. Ce moment d’euphorie passé, je réalisais que je me trouvais en face d’un problème insoluble : Je savais maintenant que le Livre de Mormon est vrai, qu’il vient de Dieu, mais il m’était impossible d’admettre l’histoire de Joseph Smith. Je ne pouvais pas croire :
_ Qu’un garçon âgé de 15 ans ait pu voir Dieu le Père et son Fils Jésus-Christ.
_ Que Dieu, ait l’apparence d’un homme !!! A la rigueur, qu’il l’ait prise pour la circonstance, je veux bien car je pensais que Dieu pouvait prendre toutes les formes. Mais les missionnaires m’affirmaient grâce à l’expérience de leur prophète que Dieu en permanence, tout comme nous, possède un corps, de chair et d’os, à la différence que le sien est glorifié et ressuscité.
Alors, une grande tristesse remplaça progressivement ma joie. Soudain, j’eus une idée. Je pris le livre de Mormon, je le serrai très fort dans mes mains, me mis pour la première fois à genoux, fermais les yeux, m’imaginais que Jésus était là devant moi et pour la première fois de ma vie, je priais à haute voix :
_ Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, donne nous aujourd’hui notre pain quotidien, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons ceux qui nous ont offensés, ne nous abandonne pas à la tentation, mais délivre nous du mal. Car c’est à toi qu’appartiennent dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire.
Ô Jésus, tu es là devant moi, je sais que ce livre est vrai, ne m’abandonne pas, éclaire-moi encore. Fais, je te prie ce que je vais te demander. Voici, ce livre est de Dieu, je le sais maintenant, je vais le laisser s’ouvrir. Fais qu’il s’ouvre, s’il te plait, à la page qui sera ta réponse pour moi.
Je me concentrais de toutes mes forces puis, je laissais le livre s’ouvrir. J’ouvris les yeux et je lus :
« Et quand vous recevrez ces choses, je vous exhorte à demander à Dieu, le Père Eternel, au nom du Christ, si c’est choses ne sont pas vraies ; et si vous le demandez avec un cœur sincère et une intention réelle, ayant foi au Christ, il vous en manifestera la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit. Et par le pouvoir du Saint-Esprit, vous pouvez connaître la vérité de toutes choses. »
Si un jour je voulais connaître la Vérité de toutes choses, je devais recevoir le don du Saint-Esprit, et pour recevoir le don du Saint-Esprit, je savais que je devais me faire baptiser. Alors, je me dis :
_ Sois logique et cohérent avec toi-même, tu ne crois pas que Joseph Smith ait vu Dieu, le Père et son Fils Jésus-Christ et pourtant, tu sais que le livre de Mormon est de Dieu. Ce livre le monde l’a reçu par l’intermédiaire de Joseph Smith, n’est-ce pas ? Alors admet qu’il est un prophète de Dieu et que la première vision est vraie.
J’avais reçu gratuitement de Dieu, sans aucun effort de ma part, le témoignage spirituel que le livre de Mormon est vrai, par contre, j’ai dû me battre pendant plus d’un an pour recevoir le témoignage spirituel que Joseph Smith est un prophète de Dieu. J’étudiais le livre de Moïse, d’Abraham, Doctrine et Alliances. Je priais, je jeûnais. Par cette longue démarche, j’étais arrivé à croire intellectuellement que Joseph était un prophète, mais je ne le savais pas spirituellement comme je le savais pour le Livre de Mormon.
Voici exactement, comment j’acquis le témoignage spirituel que Joseph Smith est un prophète de Dieu envoyé dans les derniers jours rétablir, sous la direction du Christ, son Eglise et la plénitude de l’Evangile éternel.
Ce jour-là, j’étudiais la section 88 de Doctrine et Alliances, je lisais, cette section que j’avais déjà eue l’occasion de lire plusieurs fois, seul ou en leçon de prêtrise avec les frères du collège des anciens :
« En vérité, ainsi dit le Seigneur, à vous qui vous êtes rassemblés pour recevoir sa volonté à votre sujet : Voici, ceci est agréable à votre Seigneur, et les anges se réjouissent à cause de vous ; les aumônes de vos prières sont montées aux oreilles du Seigneur des armées et sont inscrites dans le livre des noms des sanctifiés, à savoir ceux du monde céleste.
C’est pourquoi, je vous envoie maintenant un autre Consolateur, à savoir sur vous mes amis, afin qu’il demeure dans votre cœur, oui, le Saint-Esprit de promesse ; lequel Consolateur est celui-là même que j’ai promis à mes disciples, comme le rapporte le témoignage de Jean.
Ce Consolateur est la promesse que je vous donne de la vie éternelle, à savoir la gloire du royaume céleste ; laquelle gloire est celle de l’Eglise du Premier-Né, à savoir de Dieu, le plus saint de tous, par l’intermédiaire de Jésus-Christ, son Fils :
_ Lui qui est monté là-haut, de même qu’il est descendu au-dessous de toutes choses, en ce qu’il a embrassé toutes choses, afin d’être en toutes choses et par toutes choses, la lumière de la vérité.
_ Laquelle vérité luit. C’est la lumière du Christ. De même qu’il est dans le soleil, et la lumière du soleil, et le pouvoir par lequel il a été fait.
_Il est aussi dans la lune, et est la lumière de la lune, et le pouvoir par lequel elle a été faite ;
_ Et aussi la lumière des étoiles et le pouvoir par lequel elles ont été faites ;
_ Et la terre aussi et son pouvoir sur laquelle vous vous tenez.
[1]Et il y a beaucoup de royaumes, car il n’est point d’espace dans lequel il y ait un royaume ; il n’y a point de royaume dans lequel il n’y a point d’espace, que ce soit un grand ou un petit royaume.
Et à tout royaume est donnée une loi ; et à toute loi, il y a certaines limites et certaines conditions.Et ces royaumes se donnent de la lumière l’un à l’autre, en leurs temps et en leurs saisons, en leurs minutes, en leurs heures, en leurs jours, en leurs semaines, en leurs mois, en leurs années. Tout cela est une année pour Dieu, mais pas pour l’homme.
Et la lumière qui luit, qui vous donne la lumière, vient par l’intermédiaire de celui qui illumine vos yeux, qui est cette même lumière qui vivifie votre intelligence ; laquelle lumière sort de la présence de Dieu pour remplir l’immensité de l’espace, la lumière qui est en toutes choses, qui donne la vie à toutes choses, qui est la loi par laquelle tout est gouverné, à savoir le pouvoir de Dieu qui est assis sur son trône, qui est dans le sein de l’éternité, qui est au milieu de toutes choses.
À quoi comparerai-je ces royaumes pour que vous compreniez ? Voici, je comparerai ces royaumes à un homme qui a un champ, qui envoya ses serviteurs dans le champ pour labourer le champ.
Il dit au premier : Va travailler dans le champ et je viendrai vers toi dans la première heure, et tu verras la joie de mon visage.
Et il dit au deuxième : va aussi dans le champ et à la seconde heure et je te visiterai de la joie de mon visage.
Et également au troisième en disant : Je te visiterai.
Et au quatrième, et ainsi de suite jusqu’au douzième.
Et le seigneur du champ alla vers le premier, à la première heure, et demeura avec lui pendant toute cette heure et il se réjouit de la lumière du visage de son seigneur.
Alors, il se retira du premier afin de visiter également le deuxième et le troisième, et le quatrième, et ainsi de suite jusqu’au douzième.
Et ainsi, ils reçurent tous la lumière du visage de leur seigneur, chacun en son heure, en son temps et en sa saison ; Commençant par le premier et ainsi de suite jusqu’au dernier, et du dernier au premier, et du premier au dernier ; Chacun en son ordre propre, jusqu’à ce que son heure fût terminée, selon ce que son seigneur lui avait commandé, afin que son seigneur fût glorifié en lui et lui en son seigneur, afin qu’ils fussent tous glorifiés.
C’est pourquoi, c’est à cette parabole que je comparerai tous ces royaumes et leurs habitants, chaque royaume en son heure, en son temps et en sa saison, conformément au décret que le Seigneur a lancé. »
Quand j’eus fini de lire cette parabole, j’ai su sans l’ombre d’un doute que Joseph Smith recevait personnellement, face à face avec le Seigneur ou par le pouvoir du Saint Esprit, la parole du Seigneur.
Je savais que cette parabole des royaumes ou paraboles des mondes, n’était pas de l’homme mais du Seigneur lui-même. Je savais, sans l’ombre d’un doute, que l’Auteur de cette parabole, est le même que Celui des merveilleuses paraboles du Nouveau Testament.
Alors, je ressentis, comme pour le livre de Mormon cette merveilleuse chaleur me parcourir de la tête aux pieds et me faire pleurer de reconnaissance ; cette joie unique que seul Dieu peut donner à ses enfants.
Je n’avais plus simplement un témoignage intellectuel de Joseph, mais enfin un témoignage spirituel de lui et de sa mission.
Chaque fois que j’ai reçu un témoignage spirituel d’une Vérité de l’Evangile, c’est toujours de cette manière que je l’ai reçu.
Ces merveilleuses expériences, malheureusement, ne furent pas quotidiennes, loin de là. Elles ont été plutôt rares et si je compte bien, elles ne dépassent pas les doigts de mes deux mains au cours des 25 dernières années. Pourtant, je peux dire, au nom du Seigneur Jésus-Christ, qu’un jour je sais, que je serai devant mon Rédempteur, que je pourrais baiser ses pieds de reconnaissance et d’amour, les mouiller de mes larmes, car je me tiendrai en sa présence et je pourrais enfin contempler sa gloire. Pourtant, même en cet instant béni, je ne saurais pas plus qu’en ce moment :
_ Qu’il est le Christ,mon Sauveur, mon Rédempteur,
_ Que Joseph Smith est son prophète et que si Jésus nous a sauvé de nos péchés, il a envoyé Joseph nous sauver de notre ignorance.
_ Que le Livre de Mormon a été traduit par le don et le pouvoir de Dieu afin de rétablir la vraie doctrine, confondre les fausses, compléter la Bible, dans tout ce qui a été perdu, retranché, mal retranscrit ou perverti à dessein ou par ignorance, être avec elle, un témoin vivant du Christ.
_ Que Joseph Smith, sous la direction du Sauveur, a rétabli l’Eglise de Jésus Christ et la plénitude de son Evangile Eternel.
Le goût du sel
Tel est mon témoignage et ce témoignage, c’est comme la foi ; comme croire en Dieu, c’est impossible à prouver. Pourtant quand on sait, on sait tout simplement et c’est tout ce que nous pouvons dire. Prenons un exemple. Essayez d’expliquer, par des mots le goût du sel, à une personne qui ne l’a jamais goûté. Vous constatez qu’il n’y a pas de mots pour faire connaître comme vous connaissez le goût du sel à cette personne. Et pourtant, d’une manière certaine, vous connaissez le goût du sel !
Pour connaître le goût du sel, il faut tout simplement, le goûter n’est-ce pas ? Il en est des choses spirituelles, comme du goût du sel, pour le connaître, il faut personnellement le goûter. Alors, quand on y a goûté on le connaît et on le reconnaît à jamais, parmi une infinité d’autres goûts.

Religiosité à la carte

L’homme d’aujourd’hui, à la recherche de spiritualité, devant tant de connaissances, de moyens de communication, de choix, se trouve dans le cas de l’acheteur dans un super-marché et quelqu’un a dit :
« C’est pourquoi on assiste au développement d’une nouvelle religiosité à la carte : chacun prend un chariot et fait librement son choix dans un supermarché du religieux devenu planétaire. »
Comme si ce n’était pas suffisant, un sage de l’Inde, [2]« exprimait une idée foncièrement hindoue lorsque, questionné sur la possibilité d’une religion universelle, il répondit, au grand étonnement de ses auditeurs, que l’idéal n’était pas une religion uniforme à laquelle tous les hommes devraient se soumettre, mais autant de religions que d’individus. Autant d’hommes autant de dieux. Les hindous ont reconnu là une vérité découlant des limitations de l’humanité, de son caractère non infini, de l’étroitesse de ses points de vue ».
Un autre sage, développait cette idée :
« Y aura-t-il dans l’avenir une religion universelle ? Nous pourrions aussi demander : Y aura-t-il jamais un manteau qui soit à la taille de tout le monde. »
Ainsi aujourd’hui, non seulement, il y a le choix d’une infinité de religions, mais surtout sous l’influence des religions orientales, celui qui est en quête de religiosité, est convaincu que la Vérité se trouve éparpillée, un peu dans chaque religion. Alors il se crée son propre cocktail en prenant un peu ici, un peu là et se forge sa croyance en fonction de ses besoins. Ainsi le souhait de ces sages de l’Inde se trouve en partie réalisé. Pourtant les lois physiques, comme celle de la gravitation nous démontrent exactement le contraire. Cette loi ne s’adapte pas en fonction des races, des pays et des besoins individuels. La loi de la gravitation est la même pour tout le monde. Il en est ainsi de toute loi physique. Pourquoi en serait-il différent des lois spirituelles qui par principe sont supérieures aux lois physiques ?
Ces maîtres d’Orient, préconisent autant de religions que d’individus, pourtant celui qu’ils considèrent souvent comme un des plus grands maîtres, sinon le plus grand, Celui qui de plus, est un Dieu d’amour, un Sauveur, un Dieu qui s’est fait homme, a dit :
« Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par-là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »