http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine/faites-vous-ecrire-le-livre-de-votre-vie-23-07-2005-2006149769.php
 

Faites-vous écrire le livre de votre vie

 
ET SI, ENTRE CELLE du général de Gaulle et celle de Louis XIV sur le rayon bibliographie de votre bibliothèque, vous glissiez celle de votre mère ou de votre père ? L'idée peut sembler saugrenue, mais le concept fait fureur. Brigitte Bellac est auteur indépendant à Montrouge, elle confirme la tendance: « Depuis quelque temps, la demande explose de façon incroyable.
Sébastien Moreau a fondé en janvier 2004 sa société Votre Biographie Editions, à Boulogne-Billancourt. L'idée lui est venue au cours d'une visite dans une maison de retraite : « C'était plein de personnes seules, valides intellectuellement et désireuses de raconter leurs souvenirs. » Aujourd'hui, son entreprise florissante emploie une quarantaine d'auteurs en France, et enregistre une dizaine de commandes chaque mois.Pour expliquer la vogue des biographies, Sébastien avance plusieurs hypothèses: « Les familles n'ont jamais été aussi éclatées qu'aujourd'hui. La vie n'est plus ponctuée comme avant par les rites religieux tels le baptême ou le mariage... Les gens vivent à 300 à l'heure et les familles consacrent de moins en moins de temps à leurs anciens. »

Mise à distance et introspection
Une analyse que semble corroborer le fait que ce sont avant tout les enfants -des progénitures tout de même grisonnantes, puisqu'elles sont en moyenne âgées de 50 ans - qui proposent à leurs vieux parents de faire écrire leur biographie.
« Peut-être y a-t-il un peu de culpabilité ? » glisse l'éditeur. Mais pourquoi les intéressés ne prennent-ils pas directement la plume, substituant au genre de la biographie celui de l'autobiographie ou des mémoires ?

« Le rapport à l'écriture est compliqué, explique Agnès Chaurand, un des auteurs. Sur la feuille blanche, l'encre s'assèche vite... L'intermédiaire permet de ne pas se focaliser sur la façon dont on va écrire mais sur ce qu'on va dire. »

La méthode consiste en une dizaine de rencontres de deux heures entre l'intéressé et son biographe. La sincérité de l'échange est réelle : 
« Parfois l'écrivain essaie de mettre de la couleur... note Dominique Meier, auteur à Votre Biographie Editions, pourtant chaque fois que ce n'est pas l'exacte vérité ça dérange. » 
Les livres sont la plupart du temps écrits à la première personne, de façon chronologique. Les gens sont surpris du résultat. 
« Ils n'imaginaient pas que leur vie puisse constituer une histoire cohérente », s'amuse Dominique Meier.
Les intéressés, eux, peuvent ressentir le besoin de réaliser leur biographiepour plusieurs raisons. A l'hiver de sa vie, semblable livre est l'occasion d'une mise à distance et d'un retour sur soi.
 « Il y a sans doute une vertu purificatoire ou thérapeutique. Notre rôle est aussi un peu celui de l'analyste, il faut être dans l'écoute et renvoyer quelque chose », confie Dominique Meier. 
D'autres se livrent pour se libérer d'un secret. 
« On le confesse avec d'autant plus d'apaisement par l'écriture qu'on prend six mois pour le dire », souligne Agnès Chaurand, en évoquant l'histoire d'une grand-mère et de son amour mêlé de haine pour sa propre mère qui l'avait abandonnée...

Sébastien Moreau n'est pas encore tombé sur la perle rare, le destin extraordinaire à la « Forrest Gump », dont le tirage de la biographie sortirait ducadre de la stricte confidentialité familiale.
La vogue des biographies semble confirmer un phénomène : celui de l'écriture qui revient à la mode. Des anciens qui parlent d'eux via les biographies sur papier aux jeunes qui se racontent via les blogues sur Internet. Qui a dit que
les gens n'avaient plus rien à se dire ?